Archives

Tri sélectif

Un jours… en cours de guitare….

Une chose importante pour moi : que le morceau proposé à l’élève lui plaise. Je me souviendrais toujours de cette élève à qui j’avais proposé le thème de « Pirates des Caraïbes » qui a toujours beaucoup de succès. Sur un ton sec elle me dit « AH Non. J’aime pas les pirates ».

Ok, d’accord. Je l’entend, je trouve autre chose. On progresse toujours mieux sur des morceaux que l’on aime. Et mes élèves ont le droit de me dire « ce morceau que tu m’as proposé, finalement je n’accroche pas, je voudrais changer ».
Si c’est à chaque fois, il faut se poser des questions sur l’envie de faire de la musique. Or ça ne s’est jamais produit en 10 ans de carrière.


Aiguiser sa sensibilité musicale

On ne peut pas tout aimer, tout jouer. Aiguiser sa sensibilité musicale me semble essentiel. Ecouter son coeur, son feeling. Par conséquent, il ne faut pas se demander si le morceau est facile, abordable ou pas (c’est mon boulot de proposer des morceaux qui correspondent à la courbe de progression de l’élève) mais je ne peux pas savoir à la place de l’élève vers quoi va son coeur.
Pour moi, c’est comme tomber amoureux. Pas de question intellectuelle à se poser. On laisse parler le coeur.


J’encourage mes élèves à faire du tri dans ce qu’ils écoutent. Qu’est ce que tu aimes ? Quelle musique te caresse l’oreille dans le sens du poil ? Quel morceau te donne des frissons dans le dos et fais trembler tes doigts ?


Mettez de la passion dans votre pratique musicale.

Maiden et le Boss

Un exemple de morceau qui m’a fait triper ? La première fois que j’ai entendu « Shine on Your Creazy Diamonds » en particulier, la première écoute des solos de Gilmour en général. Private investigation, Riders On the Storm. Les 2 derniers morceaux en date qui m’ont fait triper ? The Writing on the Wall (Iron Maiden) pour son riff curieusement bluesy et…. Downbound Train par Bruce Springsteen !

Se fixer des objectifs… réalisables !

Confinement saison 2 – épisode 5

On entend souvent dire que pour se progresser il faut se fixer des objectifs.

Oui, mais des objectifs que l’on peut réaliser, qui sont adaptés à ce qu’on est capable de faire.

Exemple :

« Cette année je fais 3h de guitare par jour » (résolution du nouvel an de monsieur M) qui a déjà un métier très prenant, fait du sport 3 fois par semaine, a une femme enceinte de leur 3ème enfant et qui est fan de cinéma et de jeux vidéo

« Dans un mois je joue comme Eddie van Halen » (dixit le jeune N. qui commence tout juste la guitare et en prime s’entraine dix minutes le dimanche

Vous l’avez compris, ces deux musiciens ont tout faux.

Fixez vous des objectifs a court terme, le long terme, c’est trop compliqué.

Par exemple :

Je travaille tous les jours ces 4 mesures pendant 15 minutes, et à la fin de la semaine je dois les maîtriser

Je profite de mes vacances pour travailler cette technique et enfin pouvoir aborder tel solo

En tant que prof, je termine mes cours 5 minutes en avance afin de pouvoir utiliser le temps qui me reste pour récapituler ce qu’on a fait durant la séance et fixer des objectifs pour le prochain cours par exemple

  • tu travailles d’abors la fin du morceau qu’on vient de voir, essaye d’être à l’aise avec le placement des doigts, la semaine prochaine on travaillera la vitesse
  • ensuite tu travaille l’ensemble du morceau

Vous avez fixé des objectifs mais vous n’avez pas réussi à les atteindre. Non, on ne se désespère pas. On essaye de comprendre pourquoi ça n’a pas marché.

  • Objectif trop ambitieux ? Prévoyez des chose plus simple
  • Objectif trop chronophage ? Prévoyez soit plus de temps si vous en disposez soit un objectif qui exige moins de temps. Au lieu de vouloir travailler un solo de 20 mesures, travaillez-le phrase par phrase, quelques mesures à la fois

Ce n’est pas un échec dont vous ne vous remettrez jamais, sachez en tirer les leçons, ce sera positif. Admettez vos erreurs, souvent on a les yeux plus grand que le ventre, on veut aller trop vite, faire trop de choses. Sachez être raisonnable et cohérent.

Et pas d’énervement, de rage, de stress, cela vous fait du mal et n’avance à rien. A vos guitares, prêts ? Jouez !

Game of trones Confinement saison 2 ép 4

Il ne vous est jamais venu à l’idée que le trône de fer doit être particulièrement inconfortable ? Impressionnant, certes, mais tellement inconfortable !!

Oui, aujourd’hui je vous parle siège.

-« Pour faire de la guitare peut importe, je me pose n’importe où » allez-vous me répondre.

Ahhh rien ne remplace le canapé moëlleux dans lequel on va vite couler, et se retrouver le bout des fesses au bord de l’assise, le fond du lit, la chaise…. Et après j’entends mes élèves me dire qu’il n’arrivent pas à poser tel accord, à faire tel enchaînement. Ils pestent sur leur doigts et le problème est déjà dans notre assise.

J’appelle ça le mode « zavachi », quand on est posé n’importe comment.

Résultat les lombaires souffrent, les épaules souffrent, la musique sort mal et on est malheureux.

La bonne posture, c’est sur un siège dur, tout simple, un petit tabouret de bois par exemple. Allez je vous explique tout dans cette vidéo tournée avec la complicité de mon meilleur élève à ce jour, peut être futur musicien professionel, j’ai nommé mon fiston à moi que j’aime !

L’appel de la guitare Confinement saison 2 – ép 3

Quand j’ai commencé à donner des cours de guitare, je fonctionnais en me déplaçant au domicile de l’élève qui me réglait en chèques emploi service. J’ai depuis abandonné cette formule assez peu pratique (trop de chose à transporter, temps perdu en transport, conditions peu favorable chez l’élève…) mais je voudrais vous parler de l’un d’entre eux.

Gamin super sympa, parents également, j’allais dans la chambre de l’élève, on était bien au calme pour faire de la musique, tout était prêt quand j’arrivais, bref des conditions au top….

Seulement voilà, le cours terminé, l’élève rangeait sa guitare bien soigneusement dans la housse, repliait son pupitre, et le rangeait avec les partitions dans la poche de la housse, le tout bien fermé et l’ensemble au fond de la penderie.

Pas une fois l’élève ne jouait de sa guitare entre les cours. Les progrès étaient lents, la motivation s’étiolait doucement alors que pourtant les parents écoutaient beaucoup de musique.

Maintenant je vous parle de mes deux fils, Amaury et Hugues, à présents de jeunes adultes (et toujours musiciens !!!). Chacun a eu sa guitare électrique pour ses 10ans, super cadeau après avoir passé quelques années sur une adorable petite folk 3/4 réglée aux petits oignons que j’utilise toujours pour les séances d’essai de mes élèves.

Avec la guitare (et son ampli) j’ai offert à mes enfants un stand chacun. La guitare a toujours été sur son support, dans leur chambre à portée de main. Mes fils en jouaient tous les jours qui avant de partir au collège/lycée, qui en rentrant, qui le soir….

Vous voyez où je veux en venir ?

Votre guitare doit rester accessible, faites vous un petit coin musique (on reparle très bientôt de ses autres composantes). La housse/étui/fligh case, c’est pour le transport. vous ne gardez pas votre veste à la maison, la guitare n’a pas besoin d’être à l’ombre. Sortez-la de sa housse dès que vous rentrez chez vous. Posez-la sur un support et vous allez vous en occuper tous les jours, ressentir l’appel de l’instrument qui vous invite à partager un moment de musique.

Mais si, vous allez bien trouver une petite place pour la poser chez vous ! Faites l’expérience et vous allez voir que vous allez jouer tous les jours…. donc faire des progrès réguliers… donc prendre de plus en plus de plaisir à jouer de votre instrument préféré !

A vos guitares, prêts ? Jouez !